Rappel de l’importance du recyclage des smartphones !

Des chercheurs britanniques ont passé un iphone au mixer afin d’en connaître sa composition exacte.
Le constat est édifiant, pas moins de 20 minerais différents ont été découverts dont des terres rares… l’extraction de ces minerais ayant un impact environnemental et social désastreux.
Pour rappel, il faut extraire entre 10 et 15 Kg de minerais pour 1 téléphone sachant que chaque année, 1,4 milliard de téléphones sont produits…

Capture d’écran 2019-04-01 à 09.25.43

Alors pour y remédier, 3 gestes simples :
– Ne pas changer de téléphones tous les ans dès qu’un nouveau modèle sort
– Penser à recycler son téléphone une fois qu’il ne fonctionne plus
– Acheter un téléphone recyclé, reconditionné, plutôt que neuf 🙂

 

[TRIBUNE] Comment réduire son empreinte carbone grâce à la Data Science ?

Matthieu Druart, Président de datacadabra, nous donne des pistes pour réduire son empreinte carbone grâce à la Data Science !

Et si le fait de mieux cibler réduisait votre empreinte carbone ?
Chaque jour ou presque le sujet de l’avenir de notre planète est au centre des débats. En particulier, la notion d’empreinte carbone est un indicateur récurrent dans la mesure de l’impact écologique de nos activités humaines.

Lorsque vous envoyez des emails commerciaux à vos clients, les serveurs mails de votre entreprise stockent l’email avant de l’envoyer. Comme tout serveur, ils consomment de l’électricité et plus ils sont chargés, plus ils chauffent et plus ils nécessitent d’électricité pour refroidir.

On estime actuellement qu’un email simple a une empreinte carbone de 4g de CO2. Une entreprise envoyant régulièrement des newsletters à ses clients va donc vite voir son empreinte carbone augmenter. A titre d’exemple, si vous envoyez 1 million d’emails, 2 fois par semaine, l’empreinte carbone de votre animation clients sera de 416 tonnes sur une année. Soit plus de 200 allers-retours Paris-New York pour un passager !
Vous l’aurez compris, l’animation clients a donc un impact fort sur l’empreinte carbone de votre entreprise. Pour la réduire, il est donc fondamental d’optimiser ces ciblages marketing.

Comment peut-on réduire son empreinte carbone grâce à la Data Science ?
Pour ce faire, nous vous recommandons 2 outils analytiques simples :

–    La segmentation clients :
Il existe de nombreux types de segmentations (segmentation transactionnelle, segmentation relationnelle, segmentation 360°…), mais toutes ont le même point commun : elles permettent de créer des groupes de clients homogènes sur lesquels nous allons pouvoir mettre en place un plan d’animation différencié.
Bien souvent, lors de la mise en place d’une segmentation, nous recommandons de faire le bilan du plan d’animation de l’année précédente pour bien comprendre les spécificités de chaque segment. En particulier, cette analyse va permettre de déterminer la pression commerciale optimale à appliquer à chaque segment.
Ce premier outil, si vous ne l’avez pas encore mis en place, va donc vous permettre en passant d’une logique d’envois de masse à une logique d’envois segmentés de baisser le nombre moyen d’emails envoyés. De la même façon, si vous avez déjà une segmentation existante, gardez en tête que celle-ci a une durée de vie et qu’elle peut être challengée ou modifiée via d’autres axes discriminants

–    Le scoring :
En termes de scoring, nous travaillons de plus en plus sur 2 niveaux de ciblage : le score de repoussoir et le score d’appétence.
Le premier, le score de repoussoir, va permettre d’isoler les clients qui ont une forte probabilité de ne pas ouvrir vos prochaines newsletters. Pourquoi les cibler, si on pressent dès aujourd’hui que l’email n’aura pas d’impact ? Ce premier type de score va donc réduire considérablement les volumétries d’envois. A ce jour, les scores de repoussoir que l’on a construit pour nos clients ont permis de réduire la volumétrie d’envois de l’ordre de 20 à 30% des volumes initiaux.
En parallèle, sur les potentiels ouvreurs, tous les messages n’ont pas le même niveau d’intérêt. Il est donc préférable, à ce niveau, de construire les scores d’appétence adéquats permettant de cibler les clients réellement intéressés par le message envoyé. Cela va vous permettre de combiner une diminution des volumes d’envois avec une hausse des performances commerciales (souvent de l’ordre de 15 à 25%).
En conclusion : faire plus avec moins… d’empreinte carbone !

Comme vous avez pu le lire, il peut être assez simple de réduire votre empreinte carbone tout en développant le potentiel commercial de votre base de données. Contribuez à réduire votre empreinte carbone tout en étant en phase avec vos valeurs et/ou celle de votre entreprise.

Matthieu Druart
Président de datacadadra, la solution de Data Science pour le marketing client en mode SaaS.

 

Un rapport Greenpeace épingle les géants du web et du digital !

Selon le rapport Clinking Clean de Greenpeace publié en 2017, le secteur informatique représente aujourd’hui 7% de la consommation mondiale d’électricité.
Mais le plus inquiétant est que pour 2020, le rapport prévoit que le secteur IT dépasserait en terme de pollution celui déjà très polluant de l’aéronautique !

Mis en cause, l’énergie nécessaire à la fabrication des produits high-tech mais aussi les centres de données (data center) gros consommateurs d’électricité. Ce que greenpeace reproche aux géants du web et du digital, c’est d’utiliser les énergies fossiles plutôt que des énergies propres.

Sont donc pointés du doigt toutes ces grandes entreprises qui ne mettent pas ou peu d’actions en place pour passer à un Internet propre.
Le souci est que si rien n’est mis à place dès aujourd’hui, entre la croissance incroyable du secteur IT, la production de plus en plus grande de matériel, un trafic Internet mondial qui va tripler en 2 ans, des data centers et serveurs de plus en plus importants… la transition sera encore plus compliquée à mettre en place par la suite.
Pour Greenpeace, il est donc impératif que ces entreprises agissent dès maintenant !

« L’industrie high-tech est partie pour connaître une forte croissance dans les années à venir. Avec cette croissance, c’est la consommation de données qui explosera ainsi que l’impact du numérique sur l’environnement. Au nom de la nécessaire transition énergétique et de l’urgence climatique, cette industrie doit basculer vers les énergies renouvelables. Un autre internet est possible, loin du gaz et du charbon, à la hauteur des défis environnementaux d’aujourd’hui. » – GreenPeace

Retrouvez l’intégralité du rapport ICI.